Les montagnes russes

Publié le 13 Mars 2013

Cette formation, c'est un peu comme si on était dans de gigantesques montagnes russes pendant 3 ans. Parfois au sommet de la pente, parfois au plus bas, parfois en pleine ascension, parfois dans la dégringolade la plus totale, parfois au point mort... C'est usant, mais c'est aussi ce qui nous prouve qu'on est en vie...

Aujourd'hui, à nouveau en train de pester contre mon manque de rapidité en stage (le dilemme des maisons de retraites, c'est que pour tenir la cadence qu'on te demande d'avoir, tu es obligée d'accepter l'école de "l'à peu près", du soin bâclé, de la relation d'aide éjectée et du "oui madame, mes collègues vont s'en charger", que je déteste au plus haut point, et à laquelle j'ai décidément du mal à me résoudre... sauf que derrière, les infirmières qui m'évaluent dans mes soins m'évaluent également dans ma rapidité (enfin.. lenteur, dans le cas présent)...... c'est ce qui relève des "injonctions paradoxales", non ?! Donnez-leur le terme que vous voudrez, en attendant ça me bouffe la rate et me fait ruminer plus d'une fois, croyez-moi)

- BREF -

... aujourd'hui, à nouveau en train de pester contre mon manque de rapidité, disais-je, rentrée à la maison à nouveau blasée de ne pas pouvoir être davantage dans ce soin relationnel que j'aime tant et dans l'apprentissage des gestes "dans les règles de l'art", j'ai eu la bonne idée de me connecter au site internet de mon IFSI pour découvrir les résultats de mon 5e et dernier semestre d'examens "sur table", bouclés peu après Noël, dernière série d'examens de toute ma formation, pour réaliser que je termine en beauté avec des notes vraiment plus qu'honorables.... Bilan, je me retrouve depuis deux heures au sommet de ma montagne russe, dans l'état d'esprit de l'après bac ou l'après-résultats universitaires mêlant à la fois la joie, le soulagement, l'excitation et le coup de barre, en train de savourer cette sensation inhérente à la satisfaction du travail bien fait, en train de me dire qu'enfin, je tiens le bon bout, qu'enfin, je vais pouvoir commencer à espérer pouvoir être "une vraie infirmière" d'ici peu et qu'enfin, je peux commencer à compter les jours...

"Plus" qu'un mémoire de fin d'études à boucler, un stage au bloc à effectuer, une soutenance orale à assurer, et je serai rendue.... D'ailleurs, j'ai même poussé la provocation suprême, le week end dernier, jusqu'à réserver nos vacances d'été avec mon mari, le truc qui ne nous était pas arrivé depuis tellement longtemps que je n'ose même plus compter....

Ce diplôme serait-il enfin à ma portée ?...

Rédigé par Cécile

Repost 0
Commenter cet article