Infirmière en devenir.... devenue infimière !

Publié le 30 Juillet 2013

Et bien voilà.

J'ai cru lâcher cent fois en route avant de remonter cent fois en selle ; je me suis posé cent fois la question des raisons de ma reconversion pour arriver cent fois au constat que quelque chose me sommait d'aller jusqu'au bout. J'ai pleuré cent fois en stage, me croyant incapable d'assumer la tâche qui m'incombait, pour m'accrocher cent fois devant les encouragements bienveillants de celles et ceux qui m'encadraient ; j'ai rêvé cent fois d'en finir avec ces études, pour me rappeler cent fois la chance qui était la mienne de pouvoir me permettre une telle reconversion que peu de pays, et dans peu de situations, rendent possible. Je me suis découragée cent fois devant la lourdeur de la tâche, mon manque de présence auprès des miens, mon absence au sein de la cellule familiale, mes tergiversations existentielles nées du tiraillement entre mes considérations de mère de famille et celles de jeune étudiante. J'ai pesté cent fois contre les révisions et le travail qu'on me demandait d'abattre alors que les miens étaient en train de joyeusement dévaler les pistes, de piquer une tête dans le lac tout proche ou de simplement partager des moments ensemble.

J'ai cru cent fois m'être trompée. J'ai cru cent fois ne rien avoir à faire dans ce métier, malgré des résultats probants et des appréciations de stages éloquentes. J'ai cru cent fois m'être perdue en route, pour que cent fois, une main me soit tendue... et que je la prenne, guidée par la seule envie d'en venir à bout.

Et puis sont arrivées ces dernières semaines. Le stage de déclic. Les équipes qu'on rêve de côtoyer au quotidien. La dextérité technique qui, enfin, pointe son nez. La mise en lien qui se fait plus automatique. Les initiatives qui se font plus nombreuses et qui sont plus souvent saluées. Les capacités relationnelles qui sont soulignées par celles qui se présentent dorénavant comme étant vos "futures collègues" et qui vous demandent même votre avis. Ah bon, parce que vous avez même le droit d'avoir un avis ?!... La manipulation des drogues, des pompes à Morphine et autres PCA enfin domptée. Le stress, enfin canalisé. Le chrono nous séparant de la fin, enfin lancé. Ce fameux statut de stagiaire, dont on vous libère brutalement, enfin derrière... ou presque.

Statut de stagiaire qui, finalement, aura été notre pire calvaire tout au long de cette formation.

En parallèle, les examens se terminent, les uns après les autres. Le mémoire se rend. L'oral se passe, les critiques élogieuses de votre travail qui vont avec. Vous sentez que les dés sont jetés. Vous sentez que vous enlevez une à une, les lourdes chapes de plomb qui pesaient sur vos épaules par dizaines. La soirée de gala, enfin, qui clôture la formation, vient mettre un point final. Point final ? Non. Car même si vous sentez que tout est joué, les résultats se font attendre, et tant que rien n'est officiel, vous restez pourtant sur le fil du rasoir, dans un état de fébrilité croissante à mesure que les heures et que les jours passent. Tout est joué, mais rien n'est dit.

Vous êtes en vacances, sans l'être. Plus étudiante, pas encore diplômée. En transit. En stand-by, sur le bas-côté.

Et finalement, arrive le grand jour. La ligne d'arrivée d'un marathon de 3 ans d'où nous sortons tous exsangues, comptant avec épuisement les quelques mètres qui nous séparent de la ligne d'arrivée. Pour finir, dans un dernier souffle, par la franchir. Enfin !

La nôtre aura été ce jour béni du vendredi 26 juillet 2013. Un jour fatidique qui marquera un tournant décisif dans nos vies respectives.

Bref. Après un marathon, après trois ans de parenthèse familiale et sociale, après trois ans de sueur, de larmes, de nuits blanches, de crises, de privations, de concessions, de furtives vagues d'espoir relayées par de grands moments de désespoir, pour finalement apercevoir la lumière au bout du tunnel, ça y est, je peux le dire de manière officielle :

JE SUIS INFIRMIÈRE !!!!!

..... Oui, me voilà Infirmière Diplômée d'Etat, IDE pour les intimes.

Je suis infirmière et, enfin, légère et libre d'aller où bon me semble, de reprendre possession de ma vie et des décisions qui l'accompagnent. C'est curieux, ce sentiment de libération était exactement le même aux lendemains d'un événement réussi et, étonnamment, plus l'organisation avait été laborieuse en amont, plus la satisfaction que j'en retirais était grande... Que de parallèles aurai-je pu faire depuis trois ans entre mon ancienne et ma nouvelle vie !.. Elles sont à ce point opposées qu'elles se reflètent finalement l'une dans l'autre avec, au centre, la quête de sens, d'envie d'être utile aux autres et de les aider à être bien... Pour être bien soi-même ?

Quoi qu'il en soit, j'ai rempli mon contrat. Place aux vacances, à la mise en jachère, à l'arrêt sur images de quelques mois avant de savoir dans quelle direction je souhaite orienter ma vie. Cette vie de jeune infirmière, mère de famille d'âge mûr, ayant tout plaqué il y a quelques années pour donner du sens à son existence, cette vie qui est la mienne et qui, je le pressens, n'est pas au bout de ses surprises.


Merci de m'avoir suivie et encouragée au travers de ce blog qui, malheureusement, ne m'a jamais donné la possibilité technique de répondre à vos commentaires qui m'allaient tous droit au coeur. Il aurait encore fallu que je passe une énergie à me débattre avec la plateforme technique, pour résoudre ce problème que j'ai vaguement tenté de solutionner au début, temps et énergie que je n'avais pas.... ou plus.


Je ne sais pas quel sera l'avenir de ce blog. Il dépendra de mon avenir professionnel et des décisions qui seront les miennes. Quoi qu'il en soit, je souhaite une belle et longue route à tous les apprentis infirmiers, quel que soit leur âge et leur parcours. Je souhaite une entente toujours croissante entre professionnels diplômés et apprentis infirmiers, afin de faire de cette profession un métier conforme aux valeurs et aux espoirs que nous caressions tous en nous y engageant. Je vous souhaite d'aller au bout de vos rêves, quels qu'ils soient, quitte à vous tromper, à recommencer, pour mieux repartir à chaque fois. Je souhaite que votre vie, à n'importe quel âge, soit un éternel recommencement ou plutôt, une éternelle remise en question. Je vous souhaite de vous trouver. De trouver votre propre recette du bonheur, avec des ingrédients que vous seuls détenez, découvrirez au fil du temps et saurez distiller en bonnes quantités. Je vous souhaite d'être heureux.

Merci à tous. Et bon été sous le soleil de cette merveilleuse saison 2013 !!!!

;-)

Rédigé par Cécile

Repost 0
Commenter cet article

Adecco Medical 30/05/2016 11:31

Félicitations pour votre diplôme. Il n'est pas facile de faire une reconversion professionnelle, en étant mère, encore moins. Nous vous souhaitons de vous épanouir pleinement dans votre métier d'infirmière.

Thomas 28/07/2014 09:53

C'est extra de voir que certains étudiants infirmiers mettent tout leur coeur pour atteindre leur objectif : être diplômé. Félicitations ! Dans quel service travaillez-vous maintenant ?

l'abri piscine sans rail 08/07/2014 15:04

wow, le diplôme et le début d'un air nouveau. Je te félicite d'avoir pu sauter le pas, ce que moi je ne pourrais pas faire. Je dois dire que je suis assez envieuse

Monoblogue 11/08/2013 12:42

Très sincères félicitations. Au sujet de l'avenir de ce blog, n'hésite pas à continuer de l'alimenter avec tes nouvelles aventures... Au-delà du plaisir de te lire, cela fait du bien d'écrire, pour mettre un peu à distance, surtout dans ce métier. Et puis, plus tard, on relit les premiers écrits, et on se dit qu'on a grandi. C'est appréciable.
Bonne suite :)

FredB 31/07/2013 14:11

Tout d'abord d'énormes félicitations pour ce diplôme et ce parcours.
Petit parallèle avec ma situation: je suis juste devant la porte de l'IFSI dans lequel je rentrerais en sept, et ton blog a nourri les réflexions qui m'y ont amenées....
Merci pour ce partage et bon vent pour cette nouvelle aventure...