Finalement....

Publié le 19 Février 2013

Contre toute attente, ce stage aura finalement du bon... Je dois bien sûr oublier la vision du soin idéal, je dois bien sûr m'asseoir sur mes envies de passer 1/2 heure avec chaque patient, je dois bien sûr fermer les yeux sur bon nombre de pratiques totalement contraires à ce qu'on nous apprend tout au long de notre formation et qui garantissent la qualité des soins, mais... mais. Passés les premiers jours d'appréhension totale, je dois reconnaître que, malgré tous les points évoqués plus haut, certains aspects du métier propres à ce genre d'institutions sont plus plutôt intéressants en guise de formation : l'organisation est de taille (seule pour 80 patients, il y a intérêt), la pharmaco aussi variée que les patients polypathologiques, les urgences finalement assez nombreuses (de la chute à l'OAP, il se passe rarement un jour sans qu'un patient ait un souci...), l'autonomie de rigueur... Ca ne me fait pas beaucoup plus rêver qu'avant mais finalement, couplé à mes autres expériences, ce stage aura tout de même son intérêt dans mon cursus et ma formation globale... Et c'est finalement ça, l'important !.. Libre à moi ensuite de m'orienter vers telle ou telle branche à l'avenir et de ne pas considérer qu'à chaque expérience nouvelle qui ne me convient pas complètement, c'est ma formation entière qui est remise en question...

Rédigé par Cécile

Repost 0
Commenter cet article

Marion 27/02/2013 18:41

Bonjour,
J'ai lu tout votre blog, du début à la fin, je l'ai parcouru avec alternance de plaisir et de consternation.
Je tiens à préciser tout d'abord que j'emploie le vouvoiement non pas en rapport avec votre âge mais en rapport avec une notion que vous employé tout au fil de vos récits, celle d'humanisation de la personne, qu'elle soit soignée ou soignante. Le tutoiement est très souvent utilisé, même pour les personnes qu'on ne connait pas et j'avais envie d'employer le "vous" juste pour apporter une touche de respect (ça n'engage que moi).
Je suis exactement au même niveau de formation que vous, avec tout autant de hâte de voir la fin approcher à grands (si petits) pas. J'ai aussi ressenti certaines de vos émotions, nuancées différemment car nous sommes des êtres humains et, par conséquent, différents.
Vous parlez de ce tournant dans votre vie, qui vous as fait prendre conscience que vous vouliez changer. Vous parlez de l'utopie d'un métier, fait d'image d'Epinal et de paillettes à l'entrée en formation, et de consternation ainsi que d’aberration à la fin de formation. Vous parlez de tous vos questionnements, vous exposez vos questions réthoriques de manière à essayer de comprendre le pourquoi du comment, pourquoi vous êtes entrée dans cette institution.
Je suis d'accord la formation nous parle de concepts tous plus "idylliques" (faute d'un terme plus approprié) les uns que les autres, avec des généralités peu applicables en conditions réelles. Pendant ma lecture j'ai ressenti un sentiment de ras le bol de votre part, de déception (peut être que je me fourvoie) quant à ce que vous avez abandonné pour réaliser votre volonté.
Je ne comptais pas écrire un si long commentaire, je voulais juste vous dire de retrouver cette volonté. Parce que si l'on ne fait que des généralités, tant sur le plan conceptuel et utopiques des notions apprises théoriquement, que sur le plan de la professionnalisation, le mur se rapprochera rapidement et l'impact sera violent. Alors que si vous vous rappelez vos débuts, que vous les associez à ce que vous souhaitez pour VOTRE métier, que vous décidiez vous de vous accomplir dans cette profession en faisant fi de cette institution que vous ne comprenez pas, vous retrouverez votre motivation de départ. Ce métier est une richesse dans le sens où vous pouvez choisir où vous voulez aller, vous pouvez vous renouvelez autant de fois que vous le désirez. Certes il y aura toujours des contraintes, comme pour tout dans la vie. Il s'agit de saisir les opportunités, d'être patient (qualité Ô combien réclamé, nécessaire dans ce métier) et de savoir que ce que 'lon vous apprends n'est pas utopique. Mais que si vous avez la passion de cet exercice infirmier peu reconnu, et bien vous pourrez apprécier tous vos moments personnels et professionnels.
Bon courage pour la fin,
Une étudiante qui a choisit de faire la formation sur un coup de tête, et qui fait de son futur métier sa passion.

Scampi 20/02/2013 18:45

Quand j'ai lu ton article précédent, j'ai eu l'impression de me revoir dans mon stage de 1ère année en ehpad, quand tu tournes avec des soignants qui s'intéressent à tout sauf aux soins et aux soignés, et quand au bout de 5 semaines tu te promets de ne plus jamais remettre les pieds dans un ehpad... Sauf que -Ô joies de l'attribution des stages- on t'y renvoie de force en 2e année, tu débarques la boule au ventre avec une grosse envie de t'enfuir en courant. Sauf que ce coup ci j'ai eu plus de chance : je me suis retrouvé avec des soignants qui aimaient ce qu'il faisaient, qui avaient CHOISI d'être là, il n'étaient pas parfaits mais au moins il avaient envie d'essayer de l'être. Ca m'a fait beaucoup de bien, ça m'a permis de voir les choses autrement, de prendre du recul, de réaliser que gériatrie ne rimait pas forcément avec une espèce de maltraitance/négligence quotidienne...

Quand j'ai eu mon diplôme, j'avais pas trop envie de retourner en gériatrie, j'avais quand même peur de m'ennuyer ou d'être vite seule... Sauf que n'ayant pas vraiment l'embarras du choix, j'ai quand même pris un poste en ehpad.... Et là le miracle s'est accomplis : une équipe d'ide motivées et compétentes, des asd et asv qui savent pourquoi elles sont là et qui aiment leur boulot, une direction qui nous écoute et nous donnent les moyens de faire du bon boulot... Bref, j'étais partie pour juste quelques temps et ça fait déjà 6 mois que j'y suis, j'ai signé mon cdi et je compte en profiter encore un peu! Parce que franchement, 45 patients en semaine et 90 le week end, t'as pas vraiment le temps de t'ennuyer! J'apprends beaucoup, sur moi, sur les autres, sur les patho, les soins, les situations d'urgences, et j'aime vraiment ce que je fais!

Au final, peut importe où tu bosseras, du moment que toi t'y trouves ton compte c'est ça l'important! Après tout, il en faut pour tous les goûts! ;)

Bon courage pour la suite! :)