Au coeur de la catastrophe...

Publié le 7 Avril 2013

Petite baisse de régime ces derniers temps en termes d'inspiration, avec la question de fond toujours récurrente "ai-je vraiment ma place à terme dans la blogosphère?", majorée par le fait que mon stage s'est terminé la semaine dernière, que je suis à un mois de mon rendu de TEFE avec beaucoup de temps passé dessus davantage qu'en cours... Et finalement, qui nourrit notre inspiration si ce n'est les patients, les expériences vécues en stage ou, éventuellement, sur les bancs d'école ?...

La dernière en date vaut néanmoins le coup d'être soulignée, puisqu'elle m'a vue partir pendant 36 heures avec les 95 étudiants de ma promo aux côtés de tout un escadron de pompiers spécialisés en sauvetage et déblaiement, dans une simulation de séisme grandeur nature. Le but du jeu : être à tour de rôle les victimes fictives installées pendant plusieurs heures dans les décombres d'un gigantesque terrain militaire de simulation de catastrophe et d'entraînement, et à la fois contribuer à la logistique générale de l'événement avec des groupes de maquillage de fausses plaies, de logistique générale, de plastrons, et de communication générale afin de faire vivre l'événement autant en interne que vers l'extérieur, en amont, pendant et en aval de sa réalisation... Les pompiers ainsi que nos cadres dirigeants bossaient depuis trois ans sur le projet, et nous avons quant à nous apporté notre contribution collective depuis 1 an 1/2. Bilan des courses ? nous n'avons pas regretté le détour. Au contraire, quelle chance de pouvoir terminer notre formation de la sorte ! L'ampleur de l'exercice était assez spectaculaire, à la mesure du plaisir éprouvé pendant ces 36 heures à vivre cette expérience collective qui a par ailleurs, et on peut s'en douter, resserré les liens et la cohésion de groupe au sein de la promo... C'est une vraie chance que de pouvoir être amenés à vivre ce genre de moments assez uniques en leur genre, qui n'a pas été sans me rappeler mon ancien boulot autant dans le caractère assez unique d'une telle manifestation, que dans l'organisation en amont (dans laquelle je n'ai volontairement été que spectatrice cette fois) ou encore dans le déroulement le jour J, les nuits blanches sur place relayées par le soulagement et la satisfaction du travail accompli en aval de l'événement... Rôle de spectatrice novice et non pas d'organisatrice avertie qui, comme d'autres instants ressentis ces dernières années, n'a finalement pas été si facile que ça à tenir, et souligne encore le décalage que je ressens parfois entre mon ancienne vie et ma nouvelle, mon ancienne expertise et ma nouvelle inexpérience... Grand écart initialement recherché, voulu, souhaité, et que je serai finalement contente, à l'issue de ces trois années, de voir un peu se relâcher...

En attendant, en guise de clin d'oeil à une telle expérience, nous étions à peine rentrés de notre exercice qu'un (vrai) séisme se faisait fortement ressentir dans ma région hier soir !.... Ironie du sort, quand tu nous tiens....

Plusieurs milliers de mètres carrés de bâtiments effondrés... Avec la sensation inédite de ce que peuvent ressentir des victimes ensevelies sous des décombres !...
Plusieurs milliers de mètres carrés de bâtiments effondrés... Avec la sensation inédite de ce que peuvent ressentir des victimes ensevelies sous des décombres !...

Plusieurs milliers de mètres carrés de bâtiments effondrés... Avec la sensation inédite de ce que peuvent ressentir des victimes ensevelies sous des décombres !...

Rédigé par Cécile

Repost 0
Commenter cet article

Aluthiel 11/04/2013 18:18

Pourquoi n'aurais-tu pas ta place dans la blogosphère ?
En tout cas moi je te découvre et j'aime ta façon d'écrire, et je suis sure que quand tu bosseras tu auras plein d'anecdotes à partager pour alimenter ce blog !
Bonne continuation